Bienvenue sur le nouveau site de la FCCQ

Découvrez l'étendue de notre engagement pour l’économie du Québec

Main-d'œuvre et immigration

Communiqués

14 août 2023

PLANIFICATION PLURIANNUELLE EN IMMIGRATION : Une voix unie des chambres de commerce pour faire des choix gagnants pour le Québec

Montréal, le 14 août 2023La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) présente aujourd’hui son mémoire contenant 22 recommandations pour une approche plus flexible et réussie pour les nouveaux arrivants au Québec. Alors que les consultations sur les seuils de l’immigration auront lieu cet automne avec la ministre l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration, Christine Fréchette, la FCCQ est d’avis qu’il sera nécessaire de faire preuve d’une plus grande agilité afin d’attirer des travailleurs étrangers au Québec.

Seuil d’immigration : favorable au scénario 1

Les entreprises et le réseau des chambres de commerce sont somme toute favorables à un accroissement du seuil de nouveaux arrivants afin non seulement de contrer les effets négatifs du vieillissement de la population, mais aussi permettre aux employeurs une plus grande prévisibilité lorsqu’ils désirent retenir leurs travailleurs étrangers temporaires. Cependant, la question du seuil maximal d’immigration permanente ne peut être dissociée de notre capacité d’accueil, et ce, dans l’ensemble des régions du Québec.

C’est pourquoi, dans le cadre des présentes consultations publiques, la FCCQ se positionne clairement en faveur du scénario 1 du gouvernement, qui vise à augmenter graduellement les cibles totales d’immigration pour atteindre 60 000 admissions en 2027.

« Cette fameuse question du nombre annuel demeure le nerf principal de cette discussion. Le scénario 1 représente l’option la plus réaliste présentement selon nous, afin d’aller dans le sens de l’accroissement de nos besoins en main-d’œuvre, pour autant que nos capacités d’intégration soient rehaussées », a affirmé Charles Milliard, président-directeur général de la FCCQ.

« Malheureusement, le calcul ainsi que les données que le gouvernement utilise pour définir le nombre annuel demeurent inaccessibles. Depuis des années, nous demandons au gouvernement de dépolitiser la question des seuils d’immigration et d’utiliser des données probantes fiables afin de nous guider dans cette réflexion », a poursuivi Charles Milliard.

Travailler sur notre capacité d’accueil

Dans les dernières semaines, la FCCQ a procédé à une consultation auprès de la communauté d’affaires afin de déterminer quels indicateurs devrait être utilisée pour établir notre réelle capacité d’accueil. Parmi les résultats, le nombre de places disponibles en services de garde éducatifs, l’accès à un médecin et bien évidemment, les ressources d’accueil, telles que les cours de français pour les immigrants ressortent fortement dans les résultats.

Environ 60 % des répondants de notre coup de sonde ont indiqué que la capacité d’intégration du Québec devrait d’abord être évaluée par région et déterminée par la capacité des services publics à répondre à la demande. La gestion de ces défis aura une incidence importante sur l’attractivité du Québec pour le recrutement et la rétention de nos travailleurs étrangers.

Règlement sur l’immigration au Québec

Par ailleurs, la FCCQ a également déposé son mémoire dans les derniers jours, afin de présenter 16 recommandations au projet de règlement modifiant le Règlement sur l’immigration au Québec. Elle reconnaît que celui-ci démontre une nouvelle ouverture de la part du gouvernement afin de favoriser l’adéquation entre les besoins de main-d’oeuvre et l’immigration. Notamment à l’effet que l’ensemble des catégories de professions, incluant celles ne nécessitant que très peu d’études, sont à présent éligibles à la résidence permanente.

Cette modification devrait permettre de contribuer à une meilleure stabilité économique ainsi que d’offrir plus de prévisibilité pour les entreprises qui ont un besoin important de travailleurs possédant un niveau d’éducation équivalent à un diplôme du secondaire ou inférieur à celui-ci.

Cependant, certains des éléments présentés soulèvent des inquiétudes et pourraient ériger de nouveaux obstacles qui pourraient nuire à nos activités économiques.

« La mise sur pied du nouveau système qui remplacera le Programme régulier des travailleurs qualifiés (PRTQ) préoccupe la communauté d’affaires sur un élément en particulier. Alors que le Programme de l’expérience québécoise (PEQ) introduit des modifications importantes pour les étudiants, le volet portant sur les travailleurs étrangers temporaires n’a été que très légèrement modifié. L’une des interprétations à cette absence de modification est que le nouveau Programme de sélection des travailleurs qualifiés (PSTQ) pourrait remplacer le PEQ Volet Travailleurs étrangers temporaires. Pour la FCCQ, il est fondamental de préserver le PEQ pour les travailleurs immigrants et de ne pas le remplacer par le PSTQ », a conclu Charles Milliard.

À propos de la Fédération des chambres de commerce du Québec

Grâce à son vaste réseau de 123 chambres de commerce et 1 200 membres corporatifs, la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) représente plus de 45 000 entreprises exerçant leurs activités dans tous les secteurs de l’économie et sur l’ensemble du territoire québécois. Plus important réseau de gens d’affaires et d’entreprises du Québec, la FCCQ est à la fois une fédération de chambres de commerce et une chambre de commerce provinciale. Ses membres, qu’ils soient chambres ou entreprises, poursuivent tous le même but : favoriser un environnement d’affaires innovant et concurrentiel.

-30-

Renseignements :

Javier Garcia

Attaché de presse

Fédération des chambres de commerce du Québec

T. 514 844-9571 poste 3586

C. 438 408-3731

javier.garcia@fccq.ca

Partager