Bienvenue sur le nouveau site de la FCCQ

Découvrez l'étendue de notre engagement pour l’économie du Québec

Énergie et environnement

Communiqués

15 décembre 2017

LUTTE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES : Une bonification des programmes qui aidera les entreprises québécoises à améliorer leur bilan énergétique

L’augmentation de 261,2 millions de dollars pour lutter contre les changements climatiques accélérera la transition énergétique des entreprises québécoises et offrira des opportunités d’affaires intéressantes pour elles, selon la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ).

L’annonce effectuée aujourd’hui par le ministre des Transports du Canada, Marc Garneau, et la ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Isabelle Melançon, contribuera à atteindre l’objectif ambitieux de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) de 37,5% d’ici 2030.

« Le Québec doit maximiser les réductions de GES au moindre coût ainsi que les possibilités d’affaires en sol québécois qui en découlent. La bonification des trois programmes du Plan d’action 2013-2020 sur les changements climatiques (PACC 2013-2020) permettra aux entreprises québécoises des secteurs industriel, forestier, agricole, manufacturier et commercial de contribuer à accélérer les transformations requises, afin de réduire significativement leurs émissions de GES », a déclaré Stéphane Forget, Président-directeur général de la FCCQ.

« Les entreprises sont disposées à contribuer à l’atteinte de cibles ambitieuses pour le Québec au moindre coût possible, tout en protégeant leur compétitivité », a rappelé M. Forget.

Dans les consultations de Transition énergétique Québec (TEQ), la FCCQ a fait valoir la nécessité de favoriser l’essor d’une industrie de bâtiments intelligents, verts et durables au Québec, afin de réduire la consommation d’énergie.  Il est essentiel que les entreprises puissent utiliser la forme d’énergie adéquate pour leurs opérations, notamment la biomasse forestière résiduelle, et que sa tarification soit efficiente et permette la création de richesses. L’annonce d’aujourd’hui répond aux attentes formulées.

Utiliser les sommes disponibles du Fonds vert

«D’autres conditions seront nécessaires pour atteindre la cible ambitieuse de réduction des GES d’ici 2030. D’abord, en réallouant le milliard de dollars inutilisés du Fonds vert dans les programmes qui produisent le plus de réduction de GES au meilleur coût possible en $/tonne de GES évité. Ensuite, en rendant les ministères et programmes concernés plus imputables. Finalement, il faudra recentrer et diminuer le choix des 170 initiatives financées par le Fonds vert, en se concentrant sur l’essentiel, soit la réduction des GES », a conclu Stéphane Forget.

Partager