Bienvenue sur le nouveau site de la FCCQ

Découvrez l'étendue de notre engagement pour l’économie du Québec

Énergie et environnement

Communiqués

22 octobre 2020

Plan d’agriculture durable 2020-2030: Une annonce importante pour la filière agroalimentaire et une occasion d’aller encore plus loin dans la transition verte

La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) accueille positivement plusieurs éléments du Plan d’agriculture durable (PAD) présenté aujourd’hui par le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, André Lamontagne, mais elle souligne également que l’occasion était belle d’aller plus loin pour accélérer la transition verte de toute la filière agroalimentaire.

Le plan prévoit le maintien intégral des 125M$ prévus dans le dernier budget, ce qui est une bonne nouvelle dans le contexte de la pandémie actuelle. De cette somme, 70M$ seront consacrés aux producteurs qui adoptent des pratiques qui vont au-delà des exigences réglementaires en place, afin de réduire l’utilisation de pesticides.

« La relance durable de notre économie passe également par le secteur agroalimentaire et nous nous réjouissons de voir les sommes prévues au PAD. L’approche incitative retenue par le gouvernement visant à récompenser les producteurs agricoles qui adapteront leurs méthodes est également porteuse pour susciter l’adhésion de ceux-ci et préserver la compétitivité de notre agriculture », a déclaré Charles Milliard, président-directeur général de la FCCQ.

Des mesures pour un secteur agroalimentaire québécois plus durable

« Malgré ces points positifs, nous croyons que plusieurs éléments sont toujours manquants pour rendre le secteur agroalimentaire encore plus vert, durable et compétitif. De plus, nous constatons que l’accent est surtout mis sur le secteur des grandes cultures et très peu sur les productions animales et la transformation. Nous mettons donc de l’avant plusieurs éléments qui pourraient venir bonifier le plan d’agriculture durable et qui contribueraient au développement économique régional », a ajouté Charles Milliard.

  • Un appui gouvernemental plus important aux initiatives favorisant l’achat local et l’approvisionnement en produits locaux. Les circuits courts sont bénéfiques à la fois pour nos entrepreneurs et producteurs québécois et pour la lutte contre les changements climatiques.
  • Des investissements supplémentaires dans la conversion énergétique des entreprises agroalimentaires vers des carburants émettant moins de GES, notamment des projets de biomasse forestière résiduelle produite localement.
  • L’accélération du prolongement très attendu dans plusieurs régions du réseau électrique triphasé d’Hydro-Québec, pour offrir à davantage d’entreprises agroalimentaires la possibilité de bénéficier d’une source d’énergie abordable et renouvelable.
  • Le financement de davantage de projets de production de gaz naturel renouvelable à partir de matière organique agricole, dont le fumier et le lisier.

« L’agroalimentaire représente une part majeure de l’économie québécoise. Comme tous les secteurs d’activités, il s’adapte pour tenir compte des enjeux environnementaux et le PAD est un pas dans la bonne direction. Nous croyons que le moment était propice d’aller encore plus loin dans la transition verte. Les propositions que nous mettons de l’avant vont en ce sens », a conclu M. Milliard.

Partager