Accueil | English | Nous contacter
Archives: 2006 - 2007 - 2008 - 2009 - 2010 - 2011 - 2012 - 2013 - 2014 - 2015 - 2016
Salle de presse
Les lettres ouvertes

Montréal, le samedi 17 octobre 2015

Lettre ouverte de Mme Françoise Bertrand, Présidente-directrice générale de la Fédération des chambres de commerce du Québec


Pragmatisme et réalisme : pourquoi nous appuyons le projet Énergie Est

Au cours des dernières semaines, plusieurs organisations, municipalités et citoyens se sont exprimés sur le projet Énergie Est dans le cadre de la consultation de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM). Cette consultation servira à établir la position de la CMM lors des consultations du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) et de l’Office national de l’énergie (ONÉ). Le projet Énergie Est interpelle la CMM sous les angles de l’aménagement du territoire, de la protection de l’environnement, de la sécurité des biens et des personnes ainsi que de l’économie.

La FCCQ s’est présentée en séance publique de la CMM pour témoigner de l’importance économique du projet et rappeler que la réalisation de cet oléoduc permettra d’accroître la compétitivité de notre secteur pétrochimique, qui a malheureusement connu son lot de fermetures au cours des dernières années. La région de Montréal en a d’ailleurs subi les contrecoups.

Reconnaissons l’apport de la filière pétrochimique pour le Québec

La filière pétrochimique est importante pour le Québec. Les villes de Montréal et de Lévis se partagent la grande majorité des 51 000 emplois qui sont liés à cette industrie. Chaque année, l’industrie pétrolière et les activités économiques qui y sont rattachées génèrent des exportations de 7 milliards de dollars et contribuent pour 8,8 milliards de dollars au PIB québécois.

La FCCQ est également d’avis que ce projet permettra de réduire notre dépendance au pétrole provenant de l’étranger. À l’heure actuelle, nous importons 100 % des sources d’énergie fossile consommées et raffinées ici. Année après année, nous dépensons entre 11 et 15 milliards de dollars en pétrole que nous payons à des intérêts étrangers. Du point de vue économique, cette dépendance au pétrole étranger pèse lourd sur notre balance commerciale qui est largement déficitaire.

En créant un marché national pour le pétrole canadien qui viserait à accroître la compétitivité des raffineries d’ici, le projet bénéficierait aussi au Québec en créant des emplois et en ouvrant la voie à un approvisionnement de pétrole sûr et stable.

Pragmatisme et réalisme doivent être au rendez-vous

Nous devons développer au Québec des projets qui respectent les trois piliers du développement durable, soit l’économie, le social et l’environnement.  

Nous devons aussi avoir une dose de réalisme. Nous consommons du pétrole et nous le ferons encore longtemps. Au-delà du carburant que nous utilisons pour faire fonctionner nos voitures, nous l’utilisons dans certains produits comme le plastique, les isolants, les peintures et les engrais.

Dans les circonstances, il faut également faire preuve de pragmatisme. Notre économie est influencée par la conjoncture internationale, les bouleversements des marchés et par les politiques publiques des gouvernements. Le Québec ne doit pas tourner le dos à de nouveaux investissements, particulièrement au chapitre de l’énergie.

Version PDF


  SUIVEZ-NOUS!