Accueil | English | Nous contacter
Archives: 2006 - 2007 - 2008 - 2009 - 2010 - 2011 - 2012 - 2013 - 2014 - 2015 - 2016
Salle de presse
Communiqué

Montréal, le vendredi 13 octobre 2017

Communiqué
À tous les médias
Pour diffusion immédiate



UBER : la FCCQ se réjouit de la poursuite du projet pilote

La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) salue le renouvellement du projet pilote permettant la poursuite des services d’Uber en sol québécois ainsi que la volonté d’établir un dialogue constructif afin de trouver une solution à long terme.  

« L’annonce d’aujourd’hui pave la voie vers un dialogue renouvelé entre les deux parties afin qu’ils puissent trouver un terrain d’entente », a déclaré Stéphane Forget, Président-directeur général de la FCCQ.

Rappelons que la FCCQ donnait son appui au projet pilote, puisqu’il permettait d’encourager l’innovation et l’utilisation des nouvelles technologies, d’assurer la conformité fiscale d’Uber et de ses chauffeurs et d’implanter des obligations associées à la santé et la sécurité des clients. Le projet pilote contribuait également à l’indemnisation des titulaires de permis de taxi, par la perception d’une taxe spéciale sur chaque course réalisée par Uber.

Selon la FCCQ, la poursuite des activités d’Uber permettra de valider l’importance de ce service. Il permettra entre autres d’évaluer l’impact de ce service sur le plan économique et sur la mobilité durable au Québec. Il permettrait également d’évaluer son impact sur la diminution de l’utilisation de l’auto solo et la réduction de la congestion routière, qui amène des conséquences importantes sur l’économie.

« Plusieurs centaines de milliers d’utilisateurs ont opté pour ce service. Il permet non seulement un cocktail de transport plus attrayant, mais offre à l’usager de la route une option additionnelle de délaisser sa voiture pour un autre service mis à sa disposition.  C’est la raison pour laquelle il faut permettre un véritable dialogue entre le gouvernement du Québec, cette entreprise technologique et l’industrie », a conclu Stéphane Forget.


Version PDF


  SUIVEZ-NOUS!