Accueil | English | Nous contacter
Archives: 2006 - 2007 - 2008 - 2009 - 2010 - 2011 - 2012 - 2013 - 2014 - 2015 - 2016
Salle de presse
Communiqué

Montréal, le mardi 25 avril 2017

Communiqué
À tous les médias
Pour diffusion immédiate



Surtaxe sur le bois d’œuvre
Nous devons soutenir la pérennité de notre industrie forestière

« Il est essentiel de soutenir nos entreprises, alors que les États-Unis ont entamé une nouvelle dispute commerciale avec le Canada dans le dossier du bois d’œuvre. Nous saluons la mise en place, par le gouvernement du Québec, d’un programme d’aide pour l’industrie québécoise et nous exhortons le gouvernement fédéral à rapidement instaurer un programme destiné aux entreprises qui seront touchées par ce conflit commercial », déclare Stéphane Forget, président-directeur général de la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ).

La FCCQ déplore la décision injustifiée du Département du Commerce des États-Unis d’imposer des droits compensateurs de près de 20 % en moyenne sur les exportations canadiennes de bois d’œuvre. Elle rappelle qu’en 2013, le Québec a fait preuve d’innovation en adoptant un nouveau régime forestier pour répondre aux contraintes commerciales, sources de conflits répétés avec les États-Unis au cours des dernières décennies. Elle est d’avis que ce nouveau conflit met en péril la compétitivité de nombreuses entreprises et la pérennité de notre industrie forestière qui est essentielle à la vitalité économique du Québec et de ses régions.

La FCCQ rappelle que l’industrie forestière québécoise exporte annuellement pour près de 9 milliards $, principalement aux États-Unis et contribue au maintien de milliers d’emplois dans l’ensemble des régions du Québec.

« À l’instar du gouvernement du Québec, il nous apparaît essentiel que le gouvernement fédéral reconnaisse et défende cette industrie innovante qui, en plus d’avoir un impact positif sur notre balance commerciale, contribue à la création de richesse dans l’ensemble des régions. Il doit annoncer rapidement l’implantation d’un programme de garanties de prêts destiné aux entreprises touchées par ce conflit », conclut Stéphane Forget.

Version PDF


  SUIVEZ-NOUS!