Accueil | English | Nous contacter
Archives: 2006 - 2007 - 2008 - 2009 - 2010 - 2011 - 2012 - 2013 - 2014 - 2015 - 2016
Salle de presse
Communiqué

Montréal, le lundi 29 mai 2017

Communiqué
À tous les médias
Pour diffusion immédiate



Industrie de la construction
Retourner au travail et poursuivre la négociation

« Du point de vue économique, le retour des travailleurs sur les chantiers de construction est une bonne nouvelle. Sur le plan des relations de travail, il est regrettable qu’on se retrouve une fois de plus face à une loi spéciale ». Voilà comment a réagi Stéphane Forget, président-directeur de la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) à l’annonce d’une loi spéciale par le gouvernement du Québec pour mettre fin à la grève qui sévit dans l’industrie de la construction.

Pour la FCCQ, le retour à la table de négociations imposée par la loi spéciale doit être vu comme une occasion unique de faire valoir la réalité économique de ce secteur. Elle rappelle que l’industrie de la construction connaît un ralentissement et une décroissance depuis 5 ans. Bien qu’il soit indéniablement préférable que les parties en arrivent à un accord, la FCCQ considère que les ententes à venir entre employés et employeurs doivent respecter la capacité de payer de ces derniers, tout en leur donnant plus de flexibilité pour répondre aux exigences de l’industrie.

La hausse salariale de 1,8 % altère le rapport de force des employeurs, mais les critères pouvant être considérés par un éventuel arbitrage ne doivent pas l’influencer davantage dans la nouvelle phase de négociations qui s’amorce, estime la FCCQ.

« Qu’il s’agisse de la flexibilité dans les horaires ou des salaires offerts, c’est dans cet esprit que les employeurs de la construction ont fait leurs propositions dans les négociations qui, malheureusement, ont dégénéré en conflit. L’industrie doit se doter de la souplesse propre à répondre, mieux et à coût concurrentiel, aux besoins de ses clients. Toute solution devra impérativement tenir compte de cette réalité, » a conclu Stéphane Forget.

Version PDF


  SUIVEZ-NOUS!