Accueil | English | Nous contacter
Archives: 2006 - 2007 - 2008 - 2009 - 2010 - 2011 - 2012 - 2013 - 2014 - 2015 - 2016
Salle de presse
Communiqué

Montréal, le lundi 24 octobre 2016

Communiqué
À tous les médias
Pour diffusion immédiate



Stratégie québécoise de l’exportation 2016-2020 : accompagner nos entreprises exportatrices pour renforcer le développement économique du Québec

La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) reçoit comme une bouffée d’air frais la Stratégie québécoise de l’exportation 2016-2020 (la Stratégie) dévoilée par la ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation et ministre de la Stratégie numérique, Dominique Anglade.  La Stratégie est assortie d’un montant 536,8 M$, dont 125,6 M$ en nouveaux crédits pour les quatre prochaines années.

« Soutenir et accompagner nos entreprises pour qu’elles exportent et commercialisent leurs innovations, voilà un message que nous envoyons depuis longtemps et que nous retrouvons dans la Stratégie annoncée aujourd’hui », a déclaré Stéphane Forget, président-directeur général de la FCCQ. « Les bénéfices associés à nos entreprises qui exportent profitent à tout le Québec. »

La Stratégie met de l’avant 21 mesures destinées à soutenir les PME, qui nécessitent des outils supplémentaires et ciblés pour franchir le seuil de l’exportation, et répondre concrètement à leurs demandes. Dans le cadre des consultations qui ont mené à cette Stratégie, la FCCQ a insisté sur l’importance de renforcer le Québec dans son statut d’exportateur. 

La Stratégie propose en effet des mesures qui faciliteront l’accès des entreprises aux possibilités d’affaires internationales, les aidera à se positionner au sein de chaînes d’approvisionnement mondiales et développer leurs stratégies de commercialisation de leurs innovations par une présence accrue sur le web et dans les transactions électroniques.

« Les exportations et la diversification de nos marchés sont essentielles à la croissance des entreprises établies sur l’ensemble du territoire québécois. Dans un contexte où notre marché domestique est limité, tout comme la croissance de notre démographie, il faut augmenter les débouchés et la compétitivité des exportateurs québécois. C’est fondamental », a conclu

Version PDF


  SUIVEZ-NOUS!