Accueil | English | Nous contacter
Archives: 2006 - 2007 - 2008 - 2009 - 2010 - 2011 - 2012 - 2013 - 2014 - 2015 - 2016
Salle de presse
Communiqué

Montréal, le jeudi 21 janvier 2016

Communiqué
À tous les médias
Pour diffusion immédiate



Opposition de la CMM à Énergie Est : il ne faut pas errer sur l’importance économique du projet

En réaction à la position adoptée par la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) contre le projet Énergie Est de TransCanada, la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) tient à rappeler les raisons de son appui à celui-ci.

« La FCCQ s’est présentée à la consultation menée par la CMM sur le projet Énergie Est pour témoigner de l’importance économique du projet et rappeler que la réalisation de cet oléoduc permettra d’accroître la compétitivité du secteur pétrochimique », affirme Mme Françoise Bertrand, présidente-directrice générale de la FCCQ.  « Pour notre part, nous croyons à l’apport économique de ce projet, particulièrement pour la filière pétrochimique qui est d’une grande importance pour la région de Montréal. »

Les villes de Montréal et de Lévis se partagent la grande majorité des 51 000 emplois qui sont liés à cette industrie. Chaque année, l’industrie pétrolière et les activités économiques qui y sont rattachées génèrent des exportations de 7 milliards de dollars et contribuent pour 8,8 milliards au PIB québécois. La FCCQ est d’avis que le projet Énergie Est doit également être apprécié pour la contribution qu’il ferait à la création d’un marché national pour le pétrole canadien et qui accroîtrait la compétitivité des raffineries d’ici.

« Nous devons développer au Québec des projets qui font appel au pragmatisme et au réalisme. Nous consommons du pétrole et nous le feront encore longtemps.  Le Québec ne doit pas tourner le dos à de nouveaux investissements, particulièrement au chapitre de l’énergie », conclut Mme Bertrand.

La FCCQ défendra cette position dans le cadre des consultations  qui seront menées par le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) et l’Office national de l’Énergie (ONÉ).

Version PDF


  SUIVEZ-NOUS!