Accueil | English | Nous contacter
Archives: 2006 - 2007 - 2008 - 2009 - 2010 - 2011 - 2012 - 2013 - 2014 - 2015 - 2016
Salle de presse
Communiqué

Québec, le mercredi 24 août 2016

Communiqué
À tous les médias
Pour diffusion immédiate



Le projet de loi 98 : confiance du public et une meilleure reconnaissance des compétences

La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) considère que le projet de loi 98, modifiant diverses lois concernant principalement l’admission aux professions et la gouvernance du système professionnel, va dans la bonne direction en proposant des modifications qui devraient renforcer la confiance du public en général, et qui devrait faciliter la reconnaissance des compétences acquises à l’étranger.

Aux yeux de la FCCQ, les ordres professionnels sont dotés de pouvoirs exceptionnels qui influencent significativement l'offre de services professionnels dans de nombreux domaines d'activité et qu'ils doivent exercer dans l'intérêt du public. Ainsi, pour bien servir l'intérêt public, un système professionnel doit-il être conçu de manière équilibrée.

Cet équilibre revêt une importance grandissante puisque l’effectif des ordres professionnels est en croissance. « Au rythme où vont les choses, le travail d'une personne sur dix au Québec pourrait être régi par un ordre professionnel d'ici 2020 », a déclaré Stéphane Forget, président-directeur général par intérim de la FCCQ.

« La protection du public devrait être l’unique mandat et la seule raison d’être des ordres professionnels », a poursuivi Stéphane Forget. « L’imposition, au sein des ordres professionnels, de la présence d’un minimum de 25 % d’administrateurs provenant du public, contribuera à renforcer sensiblement la confiance des entreprises à cet égard ». 

La FCCQ, qui croit en un climat d’affaires sain, basé sur la confiance, estime par ailleurs que les changements à la structure de gouvernance et les obligations de formation pour les administrateurs, tels que proposés par le projet de loi, sont fondés.

En matière d’accès aux professions et de reconnaissance des compétences de la population immigrante, la FCCQ voit d’un bon œil l’élargissement des pouvoirs du Commissaire aux plaintes – qui deviendra Commissaire à l’admission aux professions – puisqu’il lui permettra d’avoir un regard global et cohérent sur le rôle de tous les acteurs en matière d’accès à l’exercice des professions.

« Il faut faciliter l’admission aux professions des personnes formées à l’étranger, car l'élément clé d’une meilleure intégration des personnes immigrantes demeure pour nous, à tout le moins pour le secteur privé, l’arrimage de l'immigration aux besoins de main-d'œuvre », a conclu Stéphane Forget.

Pour prendre connaissance du mémoire de la FCCQ, cliquez ici

Version PDF


  SUIVEZ-NOUS!