Accueil | English | Nous contacter
Archives: 2006 - 2007 - 2008 - 2009 - 2010 - 2011 - 2012 - 2013 - 2014 - 2015 - 2016
Salle de presse
Communiqué

Montréal, le jeudi 5 mai 2016

Communiqué
À tous les médias
Pour diffusion immédiate



« Il faut éviter de déstabiliser l’industrie québécoise et canadienne de production et de transformation des produits laitiers »

C’est le message principal qu’adresse la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) au gouvernement fédéral à l’égard d’une hausse des importations de « lait diafiltré ».

Tout en reconnaissant qu’il s’agit d’une question technique, elle invite le gouvernement fédéral à poser un geste significatif en faveur de l’industrie d’ici. Selon les experts consultés par la FCCQ, il semble que la solution la plus indiquée consisterait à faire respecter l’esprit et la lettre des normes fromagères de façon à traiter le lait diafiltré comme un ingrédient laitier.

« Au cours des dernières années, le gouvernement canadien a déployé d’importants efforts afin de protéger les régimes canadiens de gestion de l’offre de certains produits agricoles, notamment lors des négociations du Partenariat Trans-Pacifique. En toute cohérence, il doit prendre les mesures pour que les règles d’application de ce régime contribuent à stabiliser cette industrie », a déclaré M. Stéphane Forget, président-directeur général par intérim de la FCCQ.

Il s’agit, aux yeux de la FCCQ, d’un important enjeu économique. Selon les données produites par le MAPAQ, en 2013, la production laitière québécoise a généré des recettes agricoles de marché de 2,2 milliards de dollars et le secteur de la transformation des produits laitiers a effectué des ventes de près de 4,7 milliards $. Ces entreprises sont implantées dans plusieurs régions du Québec.

La FCCQ reconnait par ailleurs que le secteur de la transformation alimentaire, qui constitue le plus important segment du secteur manufacturier québécois, a grandement évolué au cours des dernières années.

« Nous souhaitons que les producteurs laitiers du Québec et du Canada contribuent activement à cette évolution, notamment en fournissant aux entreprises de transformation les intrants attendus à des prix concurrentiels », a conclu M. Forget.

Version PDF


  SUIVEZ-NOUS!