Accueil | English | Nous contacter
Archives: 2006 - 2007 - 2008 - 2009 - 2010 - 2011 - 2012 - 2013 - 2014 - 2015 - 2016
Salle de presse
Communiqué

Montréal, le mardi 31 mai 2016

Communiqué
À tous les médias
Pour diffusion immédiate



Évaluations environnementales stratégiques sur les hydrocarbures : le gouvernement doit maintenant définir un cadre légal et réglementaire

La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) a pris connaissance des rapports des deux évaluations environnementales stratégiques (Évaluations) sur l’ensemble de la filière des hydrocarbures, ainsi que celle spécifique à l’île d’Anticosti, rendues publiques hier par le gouvernement du Québec. Cet exercice complété, elle l’invite à déposer rapidement un projet de loi sur mesure pour les activités de cette industrie au Québec. 

« L’objectif de ces évaluations était de se doter d’un cadre de référence moderne et compréhensif des enjeux liés à l’exploitation des hydrocarbures », affirme M. Stéphane Forget, président-directeur général par intérim de la FCCQ. « Le gouvernement doit maintenant définir rapidement un cadre légal et réglementaire réaliste et cohérent pour permettre à cette industrie d’éclore au Québec. »

Les rapports estiment que le Québec gagnerait à exploiter ses hydrocarbures, à la condition de réformer les lois qui encadrent actuellement cette industrie. Ils recommandent entre autres que soient mises en place des mesures qui minimiseront les risques environnementaux et qui favoriseront l’acceptabilité sociale.

« Le gouvernement a récemment déposé un livre vert sur l’acceptabilité sociale qui contient des orientations qui reconnaissent l’importance pour le gouvernement de poser des exigences aux entreprises et que celles-ci doivent être claires, connues et ne pas être soumises à l’arbitraire. Voilà une belle opportunité de transformer ces orientations en façons de faire concrètes », poursuit Stéphane Forget.

La FCCQ rappelle que nos besoins en hydrocarbures seront présents pour encore plusieurs décennies et que le Québec dépense annuellement entre 11 et 15 milliards de dollars pour importer du pétrole provenant de l’étranger.  Elle rappelle également que la nouvelle politique énergétique reconnaît que les revenus tirés d’une filière d’exploitation des hydrocarbures québécois auraient un impact positif sur la balance commerciale du Québec.

« Maintenant que les Évaluations ont répondu aux considérations environnementales, sociales et économiques, nous invitons le gouvernement à déposer rapidement un cadre permettant à la filière des hydrocarbures de se développer en utilisant les meilleures pratiques, dans une perspective de développement durable », conclu Stéphane Forget.

Version PDF


  SUIVEZ-NOUS!