Accueil | English | Nous contacter
Archives: 2006 - 2007 - 2008 - 2009 - 2010 - 2011 - 2012 - 2013 - 2014 - 2015 - 2016
Salle de presse
Communiqué

Montréal, le vendredi 14 octobre 2016

Communiqué
À tous les médias
Pour diffusion immédiate



Agrandissement de la mine Canadian Malartic :
la FCCQ salue les conclusions du rapport du BAPE

La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) salue la décision des commissaires du Bureau d’audiences publiques en environnement (BAPE) de recommander au gouvernement du Québec d’aller de l’avant avec l’agrandissement de la mine Canadian Malartic, reconnaissant l’importance de la réalisation de ce projet pour le développement économique de la région.

« Il s’agit d’une bonne nouvelle pour la communauté de Malartic, car ce projet permettra de prolonger la vie de la mine jusqu’en 2028 et de maintenir plus de 1 200 emplois sur le site », a déclaré Stéphane Forget, président-directeur général de la FCCQ.  « Les commissaires ont d’ailleurs reconnu que ce projet contribuerait à une sécurité économique certaine dans la région ».

La FCCQ rappelle que la mine constitue un actif majeur pour la ville de Malartic et ses environs, dont l’exploitation a généré, et continuera de générer d’importantes retombées économiques. Ces retombées se traduisent par une augmentation du revenu médian des ménages, de bons salaires pour les employés et une baisse du taux de chômage. L’exploitation de la mine a également un impact important sur la valeur des permis de construction et sur les recettes fiscales de la municipalité et des gouvernements.

À cet égard, la FCCQ observe que Mine Canadian Malartic a été proactive et a posé plusieurs gestes concrets pour favoriser un dialogue continu avec la communauté et a déployé des efforts notables pour améliorer la cohabitation et minimiser les répercussions du projet sur les citoyens.

« Nous constatons que ce projet, qui a changé le visage de Malartic, est une preuve éloquente qu’il est possible de travailler au développement minier dans le respect du développement durable et de la population », a conclu Stéphane Forget.

Version PDF


  SUIVEZ-NOUS!