Accueil | English | Nous contacter
Archives: 2006 - 2007 - 2008 - 2009 - 2010 - 2011 - 2012 - 2013 - 2014 - 2015 - 2016
Salle de presse
Communiqué

Montréal, le mardi 24 novembre 2015

Communiqué
À tous les médias
Pour diffusion immédiate



Rapport de la CEIC : une pièce maîtresse d’un climat d’affaires sain basé sur la confiance et des pratiques exemplaires

La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) croit dans un climat d’affaires sain basé sur la confiance. Le dépôt attendu du rapport de la Commission d'enquête sur l'octroi et la gestion des contrats publics dans l'industrie de la construction (CEIC) ainsi que ses recommandations en sont une pièce maîtresse.

« La CEIC a été une occasion de se remettre en question et d’améliorer nos façons de faire dans le secteur de la construction », déclare Mme Françoise Bertrand, présidente-directrice générale de la FCCQ. « Déjà des gestes ont été posés, les règles de gouvernance ont été revues, des entreprises ont corrigé leurs procédés et on doit s’en réjouir. »

Dans le secteur de la construction, les façons de faire ont déjà changé. Les pouvoirs publics exercent désormais une surveillance accrue à l’égard de la collusion, l’expertise dans les ministères s’accroît et les entreprises du secteur visé, quant à elles, ont mis en place des mesures d’autodiscipline et de contrôle interne et externe. Ces correctifs doivent nous rassurer.

« La conclusion des travaux de la CEIC sera une occasion de rétablir un dialogue constructif entre les décideurs publics et les entreprises, ajoute Mme Bertrand. Elle doit permettre le rétablissement de canaux de communications positifs et fluides afin de mieux définir des politiques qui bénéficieront au gouvernement, aux entreprises ainsi qu’aux contribuables. »

Sans entrer dans les détails des recommandations qui demanderont une analyse plus fine, la FCCQ reconnaît que celles qui portent sur les règles d’attribution des contrats représentent une façon de prévenir le contournement des règles, de favoriser la compétition, et de viser le meilleur rapport qualité-prix au bénéfice de la collectivité.

Concernant la recommandation qui vise la représentativité du monde patronal au sein de la CSST, nous sommes d’avis que le rôle joué par les associations patronales nationales telles que la FCCQ, le CPQ et la FCEI est essentiel.

Au moment de la mise en place de la CEIC, la FCCQ indiquait qu’elle jugeait nécessaire de rétablir le plus rapidement possible la réputation du Québec, qui a été sérieusement mise à mal. « Nous devons être perçus pour ce que nous sommes fondamentalement : une société de droit dont la grande majorité des entrepreneurs, élus et fonctionnaires sont honnêtes », conclut Mme Bertrand.

Dans leur examen des recommandations de la CEIC, la FCCQ invite les parlementaires à s’assurer que celles-ci auront pour effet d’accroître la concurrence véritable entre les entreprises invitées à participer à des travaux publics, et non de la restreindre. La meilleure garantie d’obtenir les meilleurs prix, c’est d’assurer la concurrence entre les acteurs du secteur privé.

La collaboration du milieu des affaires

Devant le volume du rapport et des recommandations déposées aujourd’hui, la FCCQ procédera dans les prochaines semaines à un examen plus approfondi avec ses membres et ses comités. Elle offre aussi au gouvernement toute sa collaboration pour l’analyse des recommandations émises par la commission et leurs mises en application.

La FCCQ souhaite que l’assainissement des pratiques ne soit pas une occasion d’alourdir indûment le climat d’affaires au Québec.

Version PDF


  SUIVEZ-NOUS!