Accueil | English | Nous contacter
Archives: 2006 - 2007 - 2008 - 2009 - 2010 - 2011 - 2012 - 2013 - 2014 - 2015 - 2016
Salle de presse
Communiqué

Montréal, le mardi 21 avril 2015

Communiqué
À tous les médias
Pour diffusion immédiate



Programme des travailleurs étrangers temporaires : Ottawa doit surseoir à sa décision

La décision du gouvernement fédéral d’appliquer dès le 30 avril au Québec les changements au Programme des travailleurs étrangers temporaires doit être reconsidérée car elle risque de nuire à l’économie québécoise.

La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) demande à Ottawa de surseoir à sa décision le temps de trouver une formule qui sera avantageuse à la fois pour l’économie du pays et la compétitivité des entreprises.

« Les changements annoncés par le gouvernement fédéral au Programme pour les travailleurs étrangers temporaires (PTET) ont pour objectif de restreindre le nombre de travailleurs étrangers au pays et d’inciter à l’embauche de main-d’œuvre locale pour lutter contre le chômage. Nous appuyons cet objectif, mais il faut tenir compte de la réalité des entreprises », affirme Françoise Bertrand, présidente-directrice générale de la FCCQ.

Dans plusieurs secteurs, le Québec fait face à une pénurie de main-d’œuvre. Pour pallier à cette situation, nos entreprises investissent massivement dans la formation mais se voient néanmoins obligées de recruter ailleurs dans le monde afin de compléter leurs effectifs. Avec le temps, plusieurs travailleurs étrangers ont choisi le Québec pour exercer leur profession. « L’arrivée de ces travailleurs a permis au Québec d’être reconnu mondialement et de se tailler une place de premier plan, notamment dans des secteurs spécialisés », ajoute Françoise Bertrand.

La FCCQ s’explique mal la décision d’Ottawa d’appliquer ces changements au Québec sans qu’une négociation ait eu lieu, comme le prévoit l’Accord Canada-Québec relatif à l’immigration.

Les conséquences pourraient être catastrophiques pour des secteurs économiques en pleine expansion, dans des domaines de pointe et dans certaines régions. Ces mesures créeront de l’incertitude quant à la capacité des entreprises de répondre à certains mandats, en plus d’ajouter un fardeau administratif considérable.

La FCCQ enjoint les deux gouvernements à ouvrir les discussions afin de corriger cette situation.

Version PDF


  SUIVEZ-NOUS!