Accueil | English | Nous contacter
Archives: 2006 - 2007 - 2008 - 2009 - 2010 - 2011 - 2012 - 2013 - 2014 - 2015 - 2016
Salle de presse
Communiqué

Montréal, le jeudi 28 mai 2015

Communiqué
À tous les médias
Pour diffusion immédiate



Mine d’apatite du Lac à Paul d’Arianne Phosphate :
oui à un pôle du phosphate

La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) a recommandé au gouvernement du Québec d’aller de l’avant avec le  projet d’ouverture et d’exploitation de la mine d’apatite du Lac à Paul de l’entreprise Arianne Phosphate, au Saguenay—Lac-Saint-Jean, lors de son passage devant le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement aujourd’hui. Ce projet, un modèle en matière d’environnement et de développement durable pour le secteur minier, contribuerait à relancer l’économie d’une région durement éprouvée tout en développant au Québec une expertise dans le domaine de l’apatite.

« Il n’existe plus de site de production d’apatite au Canada, ce qui rend le Québec dépendant des producteurs étrangers », explique Mme Françoise Bertrand, présidente-directrice générale de la FCCQ. « Avec ce projet ainsi que celui de Mine Arnaud à Sept-Îles, deux gisements d’excellente qualité, nous pourrions développer au Québec un « pôle du phosphate », qui nous permettrait à la fois de diversifier nos sources d’approvisionnement et de profiter des marchés d’exportation. »

« La fermeture définitive de la scierie de Saint-Fulgence en 2014 a causé la disparition d’emplois de qualité pour cette municipalité et la région. Ce sont des travailleurs qui pourraient aisément être formés pour travailler dans la mine », affirme Dave Gosselin, président du Regroupement des Chambres de commerce du Saguenay-Lac-Saint-Jean. « Il y aura des bénéfices importants pour plusieurs municipalités de la région, surtout si Arianne Phosphate fait de la maximisation des retombées locales une priorité », ajoute François Gagné, président de la Chambre de commerce du Saguenay, membre du Regroupement.

Selon la Commission de la construction du Québec, les investissements d’un peu plus de 9 milliards de dollars prévus pour la mise en place du projet de mine d’Arianne Phosphate, dans la région de Saint-Fulgence, sont les plus importants au Saguenay—Lac-Saint-Jean depuis 10 ans. Les retombées économiques pour la durée de vie totale du projet (construction, exploitation et restauration, sur environ 26 ans) sont estimées à plus de 12,6 milliards de dollars, dont environ 2,6 milliards au Saguenay—Lac-Saint-Jean. Il permettrait de créer ou soutenir plus de 1100 emplois directs et indirects à la mine et chez les fournisseurs.

Un projet qui s’inscrit dans une perspective de développement durable

La FCCQ applaudit les choix technologiques et environnementaux du promoteur, qui feraient du projet un modèle avant-gardiste dans l’industrie minière. Fonctionnant à l’électricité, avec des pelles mécaniques électriques et une flotte de camions fonctionnant au gaz naturel liquéfié, la mine du Lac à Paul aurait un taux d’émission de moins de 25 000 tonnes de CO2 équivalent par année, ce qui en ferait une plus-value pour le Québec en matière de réduction des gaz à effet de serre et contribuerait à l’amélioration du bilan environnemental du secteur minier.

La FCCQ souligne également l’approche proactive du promoteur, qui a multiplié les sessions d’information et de consultation avec la communauté depuis 2009 et révisé ses actions en conséquence, qui s’est engagé à poursuivre les discussions et à limiter au maximum l’empreinte environnementale du projet et ses répercussions, et qui a déjà prévu la restauration future du site et son financement.

« Arianne Phosphate a démontré un désir réel de bien s’intégrer à son milieu d’accueil, et nous l’encourageons à poursuivre dans cette voie. Le projet de mine d’apatite du Lac à Paul s’inscrit dans une perspective de développement durable tel que nous en voulons au Québec », concluent Mme Bertrand, M. Gosselin et M. Gagné.

Consulter le mémoire

Version PDF


  SUIVEZ-NOUS!