Accueil | English | Nous contacter
Archives: 2006 - 2007 - 2008 - 2009 - 2010 - 2011 - 2012 - 2013 - 2014 - 2015 - 2016
Salle de presse
Communiqué

Montréal, le mardi 8 août 2015

Communiqué
À tous les médias
Pour diffusion immédiate



La FCCQ encourage le gouvernement du Québec à poursuivre son partenariat dans le projet Bourque

La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) encourage le gouvernement du Québec à poursuivre son partenariat dans le projet d’exploitation du gaz naturel qui provient du gisement Bourque.

« Nous affirmons depuis longtemps la nécessité de développer au Québec un portefeuille énergétique pluriel.  L’exploitation du gaz naturel québécois fait partie de cette stratégie », affirme Mme Françoise Bertrand, présidente-directrice générale de la FCCQ. « Nous croyons que la réalisation du Plan Nord et de la Stratégie maritime passe par la mise en place d’infrastructures d’exploitation et de transport du gaz naturel qui doivent répondre aux besoins des entreprises. »

Le projet Bourque de la société Pétrolia est situé à 30 km à l’est de la ville de Murdochville.  En 2013, des analyses indépendantes ont estimé à plus de mille milliards de pieds cubes le volume de gaz naturel humide en place dans la même formation géologique. La société Pétrolia a depuis établi un programme de confirmation de la ressource.

« Dans le budget présenté en mars dernier, nous avons salué la volonté du gouvernement du Québec d’ouvrir la voie à l’évaluation du potentiel gazier en Gaspésie.  Nous l’encourageons désormais à émettre rapidement les autorisations nécessaires pour sa réalisation », ajoute Mme Bertrand.

Le projet Bourque bénéficie de l’appui des élus et de la communauté d’affaires de la Gaspésie, de la Côté-Nord et du Nord-du-Québec. 

« Le Québec a tout à gagner à exploiter son potentiel en gaz naturel qui est à la fois moins coûteux et moins polluant. Il permet de réduire de façon significative les coûts d’exploitation, d’améliorer la productivité en plus d’offrir une meilleure efficacité énergétique.  Nous devons en faire un instrument de développement industriel et économique », conclut Françoise Bertrand.

Version PDF


  SUIVEZ-NOUS!