Accueil | English | Nous contacter
Archives: 2006 - 2007 - 2008 - 2009 - 2010 - 2011 - 2012 - 2013 - 2014 - 2015 - 2016
Salle de presse
Communiqué

Montréal, le jeudi 8 octobre 2015

Communiqué
À tous les médias
Pour diffusion immédiate



«L’oléoduc Énergie Est est un projet profitable pour le Québec », réitérera la FCCQ

La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ), lors de son passage à 13 h 30 devant la Communauté métropolitaine de Montréal dans le cadre de la consultation publique sur le projet d’oléoduc Énergie Est de TransCanada, rappellera pourquoi ce projet est important pour l’économie du Québec.

« Nous importons actuellement 100 % du pétrole que nous consommons. Le développement d’infrastructures énergétiques sur le territoire québécois vise à réduire la dépendance du Québec au pétrole étranger », mentionne M. Stéphane Forget, vice-président Stratégie et affaires économiques de la FCCQ.

Rappelons que le projet d’oléoduc Énergie Est de TransCanada permettrait de transporter environ 1,1 million de barils de pétrole brut par jour en provenance de l’Alberta et de la Saskatchewan vers les raffineries du Québec et de l’est du Canada.  Pour la FCCQ, cet oléoduc accroîtrait la compétitivité des raffineries du Québec en créant un marché national pour le pétrole canadien. Au plan économique, le projet bénéficierait au Québec en créant des emplois et en ouvrant la voie à un approvisionnement de pétrole sûr et stable.

« Le secteur de la pétrochimie occupe une place importante, notamment dans l’économie de Montréal. Nous considérons que le projet Énergie Est augmenterait la compétitivité du secteur, en permettant d’exporter un produit à valeur ajoutée »,  explique Stéphane Forget. 

La FCCQ est d’avis que les dossiers relatifs au développement des ressources naturelles constituent une priorité pour l’avenir économique du Québec. Elle milite en faveur d’une politique énergétique élaborée dans une perspective de synergie  avec les autres provinces canadiennes et dans une logique d’intégration au marché nord-américain.

« Il ne faut pas rêver en couleurs : malgré tous les gestes que nous posons en faveur d’une réduction des gaz à effet de serre, nous consommerons du pétrole encore longtemps car il demeure nécessaire pour de nombreux secteurs économiques. En tant que société, nous devons faire preuve de réalisme et de pragmatisme face à cette situation », conclut Stéphane Forget.

Version PDF


  SUIVEZ-NOUS!