Accueil | English | Nous contacter
Archives: 2006 - 2007 - 2008 - 2009 - 2010 - 2011 - 2012 - 2013 - 2014 - 2015 - 2016
Salle de presse
Communiqué

Montréal, le mardi 13 janvier 2015

Communiqué
À tous les médias
Pour diffusion immédiate



Les investissements de la Caisse de dépôt dans les infrastructures québécoises profiteraient à tous, selon la FCCQ

La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) se réjouit de l’annonce de partenariat entre le gouvernement et la Caisse de dépôt et placement du Québec (Caisse) pour le financement de travaux d’infrastructures québécois. Pour la FCCQ, il s’agit d’un modèle d’affaires innovateur qui permettra de mettre enfin en œuvre des projets attendus depuis fort longtemps, comme le train léger sur rail du futur pont Champlain, ainsi que le train de banlieue de l’ouest de Montréal.

« La Caisse investit déjà massivement dans des projets d’infrastructures à l’étranger, alors quelle bonne idée de le faire aussi chez nous! », lance Mme Françoise Bertrand, présidente-directrice générale de la FCCQ. « Ainsi, selon le modèle proposé, il sera possible pour la Caisse de faire fructifier le bas de laine des Québécois, tout en stimulant l’économie par la mise en place d’infrastructures et la création d’emplois dont le Québec a bien besoin. »

Tout comme la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM), la FCCQ croit qu’il s’agit d’une situation gagnant-gagnant et qu’il faudra veiller à préserver l’autonomie de la Caisse dans ses prises de décision.

La FCCQ estime qu’il s’agit d’un risque minime pour la  Caisse, qui mettra à profit au Québec une expertise acquise à l’étranger dans divers projets d’infrastructures d’envergure. La Caisse devant s’engager dans des projets ayant un potentiel de rendement commercial, cela servira l’ensemble des épargnants québécois. « Les projets doivent être choisis judicieusement. Il faut qu’ils soient des investissements rentables pour les déposants », conclut Mme Bertrand.

Soulignons que les investissements prévus par l’annonce d’aujourd’hui ne représenteraient qu’environ 1 % du portefeuille de la Caisse.

Version PDF


  SUIVEZ-NOUS!