Accueil | English | Nous contacter
Archives: 2006 - 2007 - 2008 - 2009 - 2010 - 2011 - 2012 - 2013 - 2014 - 2015 - 2016
Salle de presse
Communiqué

Montréal, le mercredi 2 octobre 2013

Communiqué
À tous les médias
Pour diffusion immédiate


Usine d’engrais à Bécancour

Un projet structurant pour l’économie du Québec

« Le projet d’usine d’engrais de Bécancour proposé par IFFCO Canada est d’une grande importance pour l’économie du Québec et pour le développement économique du Centre-du-Québec et de la Mauricie, qui ont déjà écopé de la perte de près de 800 emplois avec la fermeture de la centrale nucléaire Gentilly-2 », déclare la présidente-directrice générale de la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ), Mme Françoise Bertrand.

En 2012, la FCCQ avait déjà exhorté le gouvernement du Québec à établir un plan de diversification économique efficace qui puisse assurer une bonne transition après sa décision de déclasser la centrale nucléaire et permettre de réduire les répercussions néfastes sur l’économie de ces régions et de tout le Québec. La réalisation de ce projet d’usine d’engrais représentera donc un atout important pour sa relance et pourra contribuer à la vitalité économique du Centre-du-Québec et de la Mauricie.

En effet, ce projet permettra de générer de milliers d’emplois et d’engendrer des retombées économiques de près de 1,2 milliard $ attribuables à sa mise en place et d’environ 270 millions de dépenses d’exploitation annuelles pour sa durée de vie. De surcroit, il contribuera à développer au Québec une expertise nouvelle dans un marché qui est en très forte croissance.

Ainsi, la Fédération appuie les démarches de la Chambre de commerce et d’industrie du Cœur-du-Québec et de la Chambre de commerce et d’industries de Trois-Rivières qui feront valoir aujourd’hui devant le BAPE la nécessité que ce projet voie le jour, compte tenu des retombées directes et indirectes considérables qu’il produira sur l’économie régionale et sur tout le Québec.

« Le Québec n’a tout simplement pas les moyens de se priver d’un projet d’une telle envergure, surtout face au vide créé dans ces régions par la décision gouvernementale de fermer Gentilly-2 », de conclure, Mme Bertrand.

Version PDF


  SUIVEZ-NOUS!