Accueil | English | Nous contacter
Archives: 2006 - 2007 - 2008 - 2009 - 2010 - 2011 - 2012 - 2013 - 2014 - 2015 - 2016
Salle de presse
Communiqué

Montréal, le mardi 7 mai 2013

Communiqué
À tous les médias
Pour diffusion immédiate


Développement nordique

Un signal intéressant mais beaucoup de décisions encore à venir

La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) a assisté aujourd’hui à l’annonce des orientations gouvernementales pour le développement du nord du Québec et accueille favorablement l’intention du gouvernement de se pencher sur cet enjeu crucial pour notre économie et pour l’ensemble des Québécois.

« Nous aurions espéré assister aujourd’hui au dévoilement d’un plan plus étoffé de la part du gouvernement, mais il s’agit quand-même d’un signal intéressant que le développement nordique représente une de ses priorités » affirme Mme Françoise Bertrand, présidente-directrice générale de la FCCQ.

Un plan pour les infrastructures?

En ce qui concerne la nouvelle dotation du Fonds de développement nordique pour les infrastructures, la Fédération suivra de près la mise en place des différents paramètres qui détermineront la répartition de ces investissements. Par ailleurs, la Fédération tient à rappeler que, lorsque les infrastructures pour le développement du nord sont financées en partie par les entreprises et qu’elles deviennent d’utilisation publique, il faut que les entreprises puissent bénéficier d’un retour sur investissement.

À ce jour, le gouvernement n’a pas encore annoncé de véritable modèle d’affaires mais il s’est engagé à le faire prochainement afin que les règles du jeu soient connues et les mêmes pour tous. « En attendant d’en connaître tous les détails, nous ne pouvons que rappeler encore une fois que c’est justement de stabilité et prévisibilité que les investisseurs ont besoin dans le contexte économique actuel et après l’incertitude des derniers mois. »

Il faut protéger l’environnement et l’économie

La Fédération est par ailleurs déçue de constater que le gouvernement ait choisi de maintenir la décision du précédent gouvernement de soumettre 50 % du territoire nordique à des mesures de protection. « Nous croyons dans la protection de l’environnement, mais une approche plus scientifique et moins aléatoire aurait été nécessaire et il ne faut pas que l'économie en fasse indûment les frais », poursuit Mme Bertrand. « Si le gouvernement tient à protéger 50 % du territoire nordique, il devra non seulement mener des analyses pointues pour déterminer quels territoires nécessitent réellement d’être préservés, mais aussi protéger les investissements et les emplois! »

La FCCQ incite donc le gouvernement à permettre à l’industrie de mener, selon certaines conditions, des activités d'exploration sur un territoire qui sera soumis à des mesures de protection. Si ces recherches devaient s'avérer fructueuses, il faudrait alors prévoir un mécanisme de substitution pour que la phase d'exploitation puisse être entamée, toujours selon certaines conditions, tout en s'assurant que l'objectif gouvernemental de protection du territoire soit atteint. La poursuite de cet objectif se ferait donc de façon pragmatique, c'est-à-dire sans que le Québec ne laisse passer des opportunités importantes de développement économique.

En concluant, bien qu’une partie de l’incertitude ait été levée grâce à l’annonce d’hier sur le nouveau régime d’impôt minier, beaucoup de décisions sont encore à venir quant au développement du nord et à la future loi sur les mines.

Version PDF


  SUIVEZ-NOUS!