Accueil | English | Nous contacter
Archives: 2006 - 2007 - 2008 - 2009 - 2010 - 2011 - 2012 - 2013 - 2014 - 2015 - 2016
Salle de presse
Communiqué

Montréal, le jeudi 16 octobre 2013

Communiqué
À tous les médias
Pour diffusion immédiate


Accord de libre-échange avec l’Europe

La FCCQ très heureuse de la conclusion des négociations

La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ), qui a appuyé dès le départ les négociations en vue d’un nouvel accord de libre-échange avec l’Union européenne, salue l’excellent travail de l’équipe qui a négocié pour défendre les intérêts économiques du Québec et se dit fort heureuse de l’entente conclue.

Selon la FCCQ, cet accord sera, dans l’ensemble, des plus profitables pour l’ensemble des Québécois. « Nous possédons la robustesse, le savoir, l’expertise et l’ambition qui nous permettront de vraiment tirer globalement profit de cet accord avec l’UE, un marché de 500 millions de consommateurs », affirme aujourd’hui madame Françoise Bertrand, présidente-directrice générale de la FCCQ. « Avec cet accord, le Canada devient le seul pays à bénéficier d’un accès privilégié aux deux principaux marchés du monde, quelques années avant les États-Unis, ce qui permettra entre autres au Québec d'améliorer sensiblement sa balance commerciale ».

Selon la FCCQ, l’accord qui a été signé aujourd’hui est une voie de création de valeur dont tous les Québécois pourront profiter. L’agrandissement et la diversification des marchés de nos producteurs et manufacturiers enrichiront notre société et rendront nos entreprises plus concurrentielles.

La FCCQ rappelle que grâce à l’ALÉNA, les échanges ont triplé de 297 à 930 milliards de dollars entre le Canada, le Mexique et les États-Unis de 1993 à 2007, ce qui a notamment eu un effet grandement bénéfique sur le taux de chômage au Canada.

Selon la FCCQ, plusieurs caractéristiques du marché européen militaient en faveur d’un tel accord, comme le fait que :

  • l’Europe est un marché de taille considérable (plus de 500 millions d’habitants);
  • le niveau de richesse par habitant est comparable à celui du Canada;
  • la « culture des affaires » y est semblable à la nôtre;
  • l’importance du commerce international dans l’économie européenne est semblable à celle dans l’économie canadienne.

L’Europe reçoit actuellement moins de 15 % des exportations manufacturières du Québec, une part qui ira en s’agrandissant au grand plaisir de la FCCQ qui croit fermement que « le Québec, bien que partenaire naturel du Nord-est des États-Unis, doit absolument diversifier ses marchés s’il veut croître et prospérer, et améliorer sa balance commerciale qui ne cesse de fléchir depuis une dizaine d’années ».

Des milliers de tarifs qui sont actuellement appliqués aux produits québécois exportés vont être abolis, ce qui profitera à plusieurs entreprises, notamment des secteurs de l’aluminium, de l’aérospatiale, des produits chimiques et plastiques, du bois, des pâtes et papiers, des produits de la mer… et de canneberge et de sirop d’érable! Les bénéfices de l’accord se matérialiseront également en termes de mobilité de main-d’œuvre et de fluidité des investissements.

En ce qui a trait aux producteurs de fromages québécois, le réseau des chambres de commerce du Québec encouragera les consommateurs québécois en continuant de faire des campagnes d’achat local. La Fédération reconnait la qualité des produits d’ici et estime que cette qualité permettra aux producteurs québécois d’assurer leur place sur les marchés.

« Pour les entreprises du Québec et du reste du Canada, cet accord est l’occasion non seulement de rejoindre un grand marché, mais aussi de diversifier leurs clientèles, ce qui stimulera l’innovation et générera des améliorations de productivité », selon Mme Bertrand.

Version PDF


  SUIVEZ-NOUS!