Accueil | English | Nous contacter
Archives: 2006 - 2007 - 2008 - 2009 - 2010 - 2011 - 2012 - 2013 - 2014 - 2015 - 2016
Salle de presse
Communiqué

Montréal, le mardi 22 mai 2012

Communiqué
À tous les médias
Pour diffusion immédiate


Projet d’inversion du pipeline Sarnia-Montréal

Une excellente nouvelle pour l’économie du Québec

Le projet d‘inversion de pipeline entre Sarnia et Montréal annoncé la semaine dernière par Enbridge est une excellente nouvelle pour l’économie du Québec, selon la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ), la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM), la Chambre de commerce de l’Est de Montréal (CCEM) et la Chambre de commerce de Lévis (CCL).

L’intention d’Enbridge d’alimenter les raffineries du Québec en pétrole canadien en inversant le flux de son pipeline entre Sarnia et Montréal assurera aux industries du raffinage et de la pétrochimie du Québec un approvisionnement fiable, à des coûts significativement plus bas que ceux du brut importé du Bassin de l’Atlantique. Par exemple, les raffineries du Québec traitent du pétrole de type Brent provenant d’Europe, du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord qui coûte ces temps-ci 108 $US alors que le pétrole provenant des sables bitumineux se vend sous le prix du baril West Texas qui s’échange à 92 $US.

Le projet permettra également une réduction considérable (environ 40%) des importations en pétrole brut étranger, extracôtier, transporté par navires jusqu’à Lévis et Montréal en empruntant le fleuve Saint-Laurent.

Selon Françoise Bertrand, présidente-directrice générale de la FCCQ, « ce projet d’inversion de la Ligne 9 d’Enbridge est structurant pour l’Est de Montréal, pour Lévis et pour l’ensemble du Québec. Il consolidera les activités de raffinage et de pétrochimie qui ont été durement touchées au cours des récentes années et profitera ainsi à l’ensemble de l’économie québécoise ».

« Le projet d’Enbridge est une excellente nouvelle pour la métropole et ses entreprises. Il pourrait entraîner une diminution du prix de l’essence dans la région métropolitaine à moyen terme, ce qui améliorera la productivité de notre économie. Ce projet s’inscrit d’ailleurs dans une prise de conscience collective de l’importance des ressources naturelles pour la métropole. Rappelons que l’étude de la CCMM publiée en avril dernier estimait qu’au cours des 25 prochaines années, le secteur des ressources naturelles générerait pour la métropole des retombées de 52 milliards de dollars et préserverait ou créerait plus de 14 000 emplois par an », a déclaré Michel Leblanc, président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

« C’est avec beaucoup d’enthousiasme que la CCEM donne son appui au projet d’inversion de la Ligne 9 d’Enbridge, puisque ce vaste chantier contribuera directement à maintenir quelque 2 000 emplois dans l’Est de Montréal, des emplois qui dépendent de l’industrie du raffinage et de la pétrochimie », a affirmé M. Denis Risler, président de la Chambre de commerce de l’Est de Montréal. « De plus, l’inversion de la Ligne 9 viendra offrir aux raffineurs québécois une nouvelle source d’approvisionnement, favorisant ainsi une plus grande flexibilité à ce niveau ».

Rappelons qu’au cours des trente dernières années, cinq raffineries ont cessé leurs opérations à Montréal en raison d’un manque de compétitivité et des milliers d’emplois directs et indirects bien rémunérés ont été perdus dans ce marché.

Un projet qui s’inscrit dans une perspective de développement durable
La protection de l’environnement demeure une priorité pour les quatre organismes. Selon eux, le projet d’Enbridge s’inscrit dans une perspective de développement durable puisqu’il permettra notamment de réduire la dépendance des raffineurs québécois à l’égard du pétrole extracôtier étranger et de préserver une sécurité d’approvisionnement pour le marché de l’énergie domestique québécoise.

À cet égard, l’empreinte sur l’environnement serait encore plus grande si le raffinage était effectué aux États-Unis avant que le pétrole ne soit réacheminé au Québec.

Version PDF

À propos de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain
La Chambre de commerce du Montréal métropolitain compte quelque 7 000 membres. Sa mission est de représenter les intérêts de la communauté des affaires de l'agglomération urbaine de Montréal et d'offrir une gamme intégrée de services spécialisés aux individus, aux commerçants et aux entreprises de toutes tailles de façon à les appuyer dans la réalisation de leur plein potentiel en matière d'innovation, de productivité et de compétitivité. La Chambre est le plus important organisme privé au Québec voué au développement économique.

À propos de la Chambre de Commerce de l’Est de Montréal
La Chambre de commerce de l’Est de Montréal (CCEM) a pour mission de défendre et de promouvoir les intérêts économiques et sociaux des 30 000 entreprises qui composent son territoire. Avec ses quelque 1 100 membres, la Chambre est le plus important regroupement de gens d’affaires de l’Est de la métropole et entend exercer son leadership afin de susciter la participation active des intervenants socioéconomiques de son milieu.

À propos de la Chambre de commerce de Lévis
La Chambre de commerce de Lévis est le leader et le rassembleur de la communauté des affaires. Elle contribue activement au développement de sa région dans un esprit de concertation et cela, depuis 140 ans. La Chambre de commerce de Lévis, qui représente plus de 1100 gens d’affaires, a comme objectif principal de promouvoir et favoriser l'expansion de nos entreprises par la coordination des efforts de développement économique.


  SUIVEZ-NOUS!