Accueil | English | Nous contacter
Archives: 2006 - 2007 - 2008 - 2009 - 2010 - 2011 - 2012 - 2013 - 2014 - 2015 - 2016
Salle de presse
Communiqué

Montréal, le mercredi 31 octobre 2012

Communiqué
À tous les médias
Pour diffusion immédiate


La FCCQ partage les préoccupations du gouvernement en ce qui a trait aux finances publiques et salue sa volonté de soutenir le développement économique

La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ), fervente défenseure des intérêts de la communauté d’affaires du Québec, se dit généralement satisfaite des éléments contenus dans le discours inaugural prononcé aujourd’hui par la Première ministre du Québec. La FCCQ partage notamment les préoccupations du gouvernement en ce qui a trait à la santé des finances publiques et à la croissance élevée des dépenses.

La FCCQ accueille favorablement l’idée de créer une agence des transports. Elle tient toutefois fermement à ce que la mise en œuvre des nombreuses initiatives annoncées aujourd’hui ne mette pas en péril le retour à l’équilibre budgétaire pour 2014.

Économie : de nombreux moyens pour rétablir nos finances publiques

La Fédération a bien noté l’intérêt exprimé par la Première ministre à l’égard de l’économie, notamment quant à la mise en place de conditions propices à l’investissement créateur de richesse et d’emplois. La FCCQ souhaite que le gouvernement consacre les efforts appropriés dans les créneaux les plus porteurs afin de rétablir les finances publiques du Québec.

La FCCQ accueille ainsi favorablement les intentions exprimées par la Première ministre de développer l’industrie agroalimentaire et l’industrie forestière et de favoriser la recherche et le développement. Elle salue également l’appui formel donné par le gouvernement aux négociations visant à conclure un accord de libre-échange avec l’Union européenne ainsi que la mise sur pied d’un groupe d’action ministériel pour la mise en œuvre d’investissements privés.

Développement des industries liées aux richesses naturelles

La FCCQ salue la volonté du gouvernement en place d’exploiter les richesses naturelles, et particulièrement sa détermination à développer le Nord et à exploiter le pétrole.

En ce qui a trait au développement minier, la FCCQ demande au gouvernement de renoncer à une refonte du régime de redevances minières qui a été modifié il y a à peine deux ans. Il importe en cette matière de garantir un cadre stable et transparent pour les entreprises qui souhaitent investir dans le développement des richesses naturelles.

La FCCQ partage d’ailleurs la volonté du gouvernement de travailler dans l’optique du développement durable. Selon Entreprendre et innover : vision économique 2012-2020, que la FCCQ a récemment publiée, « le développement devra être durable sinon il n’y aura pas de développement. Les entrepreneurs ne doivent pas seulement respecter la réglementation environnementale; ils doivent se soucier des aspects sociaux de leur projet. Ils ont la responsabilité de mieux expliquer leurs projets et communiquer de manière transparente avec les communautés ».

Lutter contre la collusion et la corruption dans l’octroi des contrats publics

La FCCQ salue la volonté du gouvernement de s’attaquer aux problèmes de collusion et de corruption et la décision du gouvernement de faire de cette lutte l’objet de son premier projet de loi.

La Fédération promeut elle aussi les valeurs d’intégrité et de responsabilité et appuie les efforts visant à agir sur les causes de la corruption et à sanctionner les personnes qui se sont rendues coupables de malversation. « Il est essentiel de rétablir le plus rapidement possible la réputation du Québec, entachée par les malversations d’une minorité. Nous devons être perçus pour ce que nous sommes fondamentalement : une société de droit dont la grande majorité des entrepreneurs et des élus sont honnêtes », rappelle Mme Bertrand.

La Fédération souhaite que le gouvernement se dote de règles strictes en matière d’éthique tout en maintenant un climat d’affaires fondé sur le respect du droit et en s’assurant que la concurrence véritable entre les entreprises invitées à participer à des travaux publics ne soit pas diminuée, par exemple, à cause d’un climat de méfiance envers des entreprises de plus grande envergure.

Version PDF


  SUIVEZ-NOUS!