Accueil | English | Nous contacter
Archives: 2006 - 2007 - 2008 - 2009 - 2010 - 2011 - 2012 - 2013 - 2014 - 2015 - 2016
Salle de presse
Communiqué

Montréal, le mardi 8 mars 2011

Communiqué
À tous les médias
Pour diffusion immédiate

Rapport du BAPE sur les gaz de schiste

Un rapport décevant qui conclut sur un moratoire de facto

La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) juge que le rapport du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) est décevant pour l’industrie. Malgré la profondeur et l’étendue de son analyse, le BAPE n’est pas en mesure de répondre aux demandes de l’industrie qui exigeait un encadrement sécuritaire, prévisible et respectueux pour l’environnement. À l’opposé, il recommande une nouvelle étude plus longue et plus coûteuse sur le même sujet, à partir des mêmes données essentiellement.

De plus, le BAPE recommande qu’aucune fracturation ne soit possible pendant l’Étude environnementale stratégique (ÉES) sauf à l’intérieur du cadre de cette même étude. « Il y a lieu de se demander s’il est possible d’explorer le gaz de shale sans fracturation. Ainsi, le gouvernement, en donnant suite aux recommandations du BAPE, impose un moratoire de facto, rendant hautement hypothétique l’exploitation de cette filière prometteuse, » déclare madame Françoise Bertrand, présidente-directrice générale de la FCCQ

Bien que nous convenions qu’il soit nécessaire que toute industrie respecte les règles élémentaires environnementales et que tout développement doive se faire en harmonie avec les communautés, il est clair que le BAPE va trop loin dans ses recommandations de donner un pouvoir étendu aux autorités locales de vie ou de mort sur un projet qui bénéficie à l’ensemble du Québec. « Si cette recommandation était suivie par le gouvernement, il serait clair que cette voie serait sujette à tous les excès du syndrome pas-dans-ma-cour, » ajoute Françoise Bertrand.  

Ce rapport du BAPE reporte indéfiniment la mise en place d’un cadre législatif et règlementaire qui aurait permis un développement adéquat de la filière. Il serait triste que le Québec manque cette opportunité intéressante de création de richesse et nous espérons que l’ÉES soit effectuée rapidement afin de déboucher sur un cadre clair et prévisible.

Version PDF


  SUIVEZ-NOUS!