Accueil | English | Nous contacter
Archives: 2006 - 2007 - 2008 - 2009 - 2010 - 2011 - 2012 - 2013 - 2014 - 2015 - 2016
Salle de presse
Communiqué

Montréal, le mercredi 19 janvier 2011

Communiqué
À tous les médias
Pour diffusion immédiate

La FCCQ et la contrebande du tabac

L’inaction du gouvernement fédéral appauvrit l’économie et enrichit le crime organisé

La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) déplore l’inaction d’Ottawa face à la contrebande de tabac au pays et les répercussions que cela engendre sur l’état des finances publiques. À l’issue du dépôt du deuxième bilan de la Coalition nationale contre le tabac de contrebande (CNCTC), dont fait partie la FCCQ, sur le progrès du gouvernement Harper en matière de lutte contre la prolifération du tabac de contrebande et contre les groupes de crime organisé qui en font la distribution, force est de constater que la situation est loin de s’améliorer. 

 «La contrebande du tabac est devenue un grave problème pour des milliers de gens d'affaires partout au Canada, car ils n’ont pas le choix d’essayer de concurrencer un marché noir en pleine expansion. Les commerçants, en particulier, voient non seulement diminuer leurs ventes de produits du tabac, mais perdent des clients pour l'éventail des produits qu'ils vendent normalement, » dénonce Denis Hamel, vice-président aux affaires publiques de la FCCQ.

Si des doutes subsistaient dans l’esprit des dirigeants, autant à Ottawa qu’à Québec, quant à la pertinence de sévir contre ce fléau, l’actualité récente démontre clairement qu’une lucrative industrie illégale prolifère et qu’il est grand temps d’y mettre un frein, surtout dans un contexte d’austérité budgétaire.

«Les pertes pour les entreprises sont le reflet des pertes de recettes fiscales aux gouvernements. Des centaines de millions de dollars d'impôt, qui devraient normalement être prélevés chaque année, ne le sont pas. Avec l'ampleur du déficit en cours à Ottawa et dans plusieurs provinces, nous pensons que les gouvernements doivent se pencher sérieusement sur la répression de la contrebande, » ajoute Denis Hamel.

Version PDF


  SUIVEZ-NOUS!