Accueil | English | Nous contacter
Archives: 2006 - 2007 - 2008 - 2009 - 2010 - 2011 - 2012 - 2013 - 2014 - 2015 - 2016
Salle de presse
Communiqué

Montréal, le lundi 13 juin 2011

Communiqué
À tous les médias
Pour diffusion immédiate


Adéquation entre la formation et les besoins du marché du travail

Un défi essentiel à relever à l’heure des besoins de main-d’œuvre qualifiée

À l’occasion de la troisième rencontre des partenaires de l’éducation portant sur l'amélioration de l'adéquation entre la formation et les besoins du marché du travail, la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ)  livre les recommandations qu’elle a élaborées en collaboration de ses chambres membres, qui ont été nombreuses à participer à la tournée de consultation sur la question.

La FCCQ souligne que l’adéquation formation-emploi est un défi et qu’il faut impérativement le relever. «Il en va de notre capacité à former une main-d’œuvre compétente et capable de s’adapter aux changements sociaux et économiques, » affirme madame Françoise Bertrand, présidente-directrice générale de la FCCQ.

La FCCQ formule les recommandations suivantes, dans la perspective d’une meilleure adéquation formation-emploi :

  • Que le Québec se dote d’une vision nationale de la qualification de la main-d’œuvre, vision axée sur les besoins du marché du travail;
  • Que les ressources financières consacrées à la formation professionnelle et technique soient maintenues à leur niveau actuel (1,7 milliard $ par année) et que les nouveaux besoins soient comblés avant tout par des réallocations de ressources;
  • Que soit développés ou consolidés des pôles d’excellence en formation collégiale et universitaire en lien avec certains créneaux ACCORD faisant appel à de nouvelles compétences;
  • Que chaque région préserve une offre de formation professionnelle et technique de qualité :
    • en sélectionnant les programmes de formation en lien avec les caractéristiques de l’économie régionale;
    • en analysant l’offre de formation à l’échelle régionale et non pas par municipalité ou établissement de formation.
  • Que les réseaux d’enseignement collaborent davantage entre eux et qu’ils manifestent plus d’intérêt et d’ouverture à la formation continue de la main-d’œuvre active;
  • Que les entreprises intensifient leurs investissements dans la formation de la main-d’œuvre à leur emploi et qu’elles fassent plus souvent appel aux établissements de formation pour répondre aux besoins de formation;
  • Qu’en contrepartie la gouvernance des établissements de formation soit revue afin de faire davantage place aux entreprises. À cette fin, la Fédération presse le gouvernement de faire adopter les projets de loi 38 et 44 sur la gouvernance des collèges et des universités;
  • Que les établissements d’enseignement et le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport accordent un meilleur statut aux services aux entreprises;
  • Que les établissements d’enseignement et Emploi-Québec soient plus attentifs aux besoins de formation sur mesure des entreprises;
  • Que soient intensifiées les mesures de formation d’appoint des immigrants tôt après leur arrivée.

La Fédération est également d’avis que l’adéquation ne signifie pas le développement de programmes très étroits et restrictifs, afin de répondre aux besoins pointus et immédiats d’une entreprise ou d’un petit groupe d’entreprises. « À cette époque où les employeurs font de plus en plus appel à une main-d’œuvre polyvalente, ce serait contre-indiqué. Cela étant dit, les entreprises ont parfois besoin d’activités ciblées et spécifiques de formation auxquels il faut répondre avant tout par la formation sur mesure, » conclut madame Françoise Bertrand.

Version PDF


  SUIVEZ-NOUS!