Accueil | English | Nous contacter
Archives: 2006 - 2007 - 2008 - 2009 - 2010 - 2011 - 2012 - 2013 - 2014 - 2015 - 2016
Salle de presse
Communiqué

Montréal, le jeudi 18 février 2010

Communiqué
À tous les médias
Pour diffusion immédiate

Les chambres de commerce du Québec se mobilisent pour la persévérance scolaire et invitent les entreprises à s’engager pour la réussite des jeunes!

La Fédération des chambres de commerce du Québec et ses 158 chambres membres lancent une offensive pour inciter les entreprises du Québec à prendre fait et cause pour la réussite scolaire et contrer le décrochage.

La FCCQ estime que le savoir est un ingrédient essentiel de l’innovation, nécessaire à
la croissance de notre économie. Déjà, l’OCDE nous rappelait que la hausse d’une
année de la scolarité d’une population se traduit par une augmentation du PIB par
habitant de 4 % à 7 %. C’est considérable!

De nombreuses chambres de commerce sont déjà engagées dans des actions auprès
des entreprises ou à titre de partenaires d’organismes regroupés dans la poursuite d’un
même objectif : augmenter le taux de diplomation des jeunes. Aujourd’hui, nous faisons
un pas de plus et nous entendons en faire d’autres à l’avenir.

« La Fédération des chambres de commerce du Québec lance à l’ensemble des
entreprises, principalement aux PME, une invitation à adopter un comportement qui
écarte les risques de décrochage scolaire des jeunes et qui valorise la réussite
éducative. Et ça commence par la décision de limiter les heures de travail des jeunes, »
lance Françoise Bertrand, présidente-directrice générale de la FCCQ.

Ainsi, les chambres de commerce du Québec sont invitées à joindre leurs membres, à
les sensibiliser à la réussite scolaire et à les inviter à s’engager dans leurs pratiques
d’embauche et de gestion, à valoriser la réussite éducative et la qualification
professionnelle en incitant les jeunes à terminer leurs études. Concrètement, les
entreprises participantes s’engageront :

  • Durant l’année scolaire, à limiter à 16 heures par semaine le travail des jeunes de 18
    ans et moins qui n’ont pas terminé leurs études secondaires.
  • Du dimanche au jeudi, à s’abstenir de faire travailler après 22h00 les jeunes de
    moins de 18 ans qui sont encore à l’école.

Chacune des entreprises qui s’engage ainsi recevra un certificat énonçant ces principes.
À l’initiative de la FCCQ, les chambres de commerce font appel aux 50 000 entreprises
membres dans toutes les régions afin qu’elles s’engagent ouvertement et qu’elles
affichent le certificat dans leur établissement. « Bien sûr, les entreprises peuvent aller
au-delà de ces engagements. Déjà, de nombreux employeurs ont développé des
pratiques qui encouragent la qualification et l’obtention d’un diplôme. Mais pour celles
qui ne l’ont pas encore fait, c’est un bon début, » ajoute Mme Bertrand.

Pour la FCCQ, la réussite éducative est un défi de société. Chaque personne, chaque
organisation doit apporter son concours, y compris dans les petits gestes qu’elle pose
au quotidien.

« Le jour où tous les employeurs du Québec auront mis en pratique l’engagement que
nous lançons aujourd’hui et se seront préoccupés de la conciliation harmonieuse entre
le travail et les études, la persévérance scolaire aura franchi un grand pas. C’est l’une
des contributions que le réseau des chambres de commerce du Québec veut apporter
au grand défi de la réussite éducative des jeunes, notre relève, » conclut la présidentedirectrice générale de la FCCQ.

Version PDF

Revue de presse

Communiqué BMO


  SUIVEZ-NOUS!