Accueil | English | Nous contacter
Archives: 2006 - 2007 - 2008 - 2009 - 2010 - 2011 - 2012 - 2013 - 2014 - 2015 - 2016
Salle de presse
Communiqué

Montréal, le mercredi 20 janvier 2010

Communiqué
À tous les médias
Pour diffusion immédiate

Le Québec en 2030 :

Des Québécois mieux formés et une économie plus productive

C’est le message qu’entend livrer la FCCQ et sa présidente-directrice générale, Mme Françoise Bertrand, lors du Rendez-vous économique qui a lieu aujourd’hui et demain à Lévis. La Fédération des chambres de commerce du Québec, par la voix de sa présidente, Mme Françoise Bertrand, est membre de la Commission des partenaires du marché du travail  et du Conseil des partenaires économiques.

En effet, si, en 2030, le Québec veut toujours être une société créatrice de richesses ayant les moyens de choisir ses programmes sociaux,  la FCCQ estime qu’il faut inverser la tendance à la faible productivité de notre économie. Il faut mettre le cap sur l’innovation, favoriser l’investissement dans les équipements et les machineries à la fine pointe de la technologie et surtout, miser sur une main-d’œuvre qualifiée. Tout cela, bien sûr en tenant compte des enjeux reliés au développement durable.

De la même façon qu’il y avait urgence dans les années 60 pour donner un rapide coup de barre pour scolariser toute une génération de Québécois, il faut aujourd’hui prestement raccrocher les décrocheurs, opter fortement pour une main-d’œuvre plus qualifiée, trouver des façons de conserver les travailleurs âgés au boulot plus longtemps, et s’assurer que toutes les forces vives de la société contribuent à cet effort.

Pour atteindre ces objectifs ambitieux et dégager les sommes nécessaires pour réussir, le Québec doit mettre de l’ordre dans ses finances publiques en réévaluant l’ensemble des programmes, organismes, mesures budgétaires et fiscales existantes, en plus de mettre en place un plan de réduction de la dette. 

« Il faudra investir davantage en éducation, notamment en formation professionnelle, et favoriser l’investissement de nos entreprises et du gouvernement en innovation. Ça sera exigeant, compte tenu de l’état des finances publiques et la faible productivité de notre économie. Mais c’est uniquement au prix de ces efforts que les générations futures pourront aspirer à un avenir meilleur. C’est un projet emballant que de participer à la croissance de notre économie, » estime Françoise Bertrand.

Version PDF

Recommandations de la FCCQ - Rencontre économique du premier ministre - Québec - Janvier 2010


  SUIVEZ-NOUS!