Accueil | English | Nous contacter
Archives: 2006 - 2007 - 2008
Salle de presse
Communiqué

Montréal, le jeudi 22 octobre 2009

Communiqué
À tous les médias
Pour diffusion immédiate

 

Les entreprises québécoises doivent être vigilantes face aux défis du présent et de l’avenir, selon un important sondage sur l’Entreprise de demain

Le sondage a été réalisé par la Fédération des chambres de commerce du Québec et Banque Nationale Groupe financier, en collaboration avec Léger Marketing

L’appréhension de problèmes de pénurie de main-d’œuvre spécialisée, trop peu d’investissements en R-D et une vision locale de la croissance et du développement, tels sont les principaux constats qui se dégagent du sondage sur l’Entreprise de demain commandé par la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) et Banque Nationale Groupe financier.

Dévoilé ce matin en ouverture du colloque sur l’Entreprise de demain et réalisé par Léger Marketing auprès de 703 dirigeants d’entreprises à la grandeur du Québec, le sondage démontre que le recrutement (88 %) et la rétention (87 %) d’une main-d’œuvre qualifiée sont les principales préoccupations des dirigeants des entreprises québécoises. À l’inverse, il est surprenant de constater que l’embauche de travailleurs en provenance de l’immigration est en queue de peloton des préoccupations des dirigeants alors qu’il s’agit d’une solution concrète aux problèmes de pénurie de main-d’œuvre.

En outre, plus de la moitié des entreprises sondées (52 %) ne planifieront aucune activité de recherche et développement au cours des trois prochaines années, une donnée qui inquiète la FCCQ. « Lorsque l’on sait que la R-D et l’innovation sont au cœur de la croissance et la prospérité des entreprises, il y a lieu de se demander comment les entreprises d’ici pourront répondre avec succès aux enjeux de la mondialisation et la transformation nécessaire de l’économie québécoise vers une industrie davantage axée sur le savoir », de déclarer la présidente-directrice générale de la FCCQ, Françoise Bertrand.

De plus, il est toujours étonnant de constater que les dirigeants québécois se comparent majoritairement aux entreprises du Québec (48 %) et à celles situées dans leur région (36 %). « À une époque où les frontières et les distances économiques n’existent plus, nous souhaiterions que les entreprises d’ici ouvrent davantage leurs horizons vers les marchés extérieurs, où se trouvent et se trouveront les occasions d’affaires », d’ajouter Françoise Bertrand.

Sur une note plus encourageante, soulignons que l’éthique et la responsabilité sociale ainsi que le développement durable sont importants aux yeux des dirigeants des entreprises québécoises. En effet, la majorité des répondants sont d’avis que le fait d’être un bon citoyen corporatif (73 %) et l’intégration de pratiques de développement durable (62 %) constitueront des enjeux importants pour la croissance de leur entreprise. Par ailleurs, il est rassurant de constater que 65 % des entreprises sondées ont profité de la crise économique pour revoir leurs stratégies d’affaires.

« La révision des stratégies d’affaires est un ingrédient essentiel du succès étant donné la vitesse à laquelle se produisent les changements. Mais à la lumière des données du sondage, les entreprises devront aussi concevoir des plans élaborés d’attraction et de rétention du personnel pour faire face aux défis qui s’annoncent », estime Louis Vachon, président et chef de la direction de Banque Nationale Groupe financier.

Finalement, le sondage démontre que les dirigeants sont très optimistes face à l’avenir. 77 % d’entre eux sont d’avis que leur entreprise se portera mieux d’ici 3 à 5 ans et 90 % ont confiance en l’avenir des entreprises du Québec. « Cet optimisme devrait normalement nous réjouir, mais nous y voyons plutôt l’occasion de lancer un signal d’alarme aux dirigeants des entreprises québécoises afin qu’ils soient plus vigilants face aux défis de la mondialisation et à l’importance d’assurer leur compétitivité. Il s’agit d’une question essentielle pour le dynamisme économique du Québec et la richesse collective de tous les Québécois(es). C’est le message que nous lançons aujourd’hui et que nous porterons durant les prochains mois à la grandeur du Québec, notamment dans le cadre la tournée régionale qui commence dès lundi prochain », de conclure Françoise Bertrand.

Méthodologie
Réalisé par Léger Marketing, le sondage a été effectué du 21 août au 25 septembre 2009 auprès de 703 dirigeants de moyennes et grandes entreprises du Québec de 25 employés et plus. La marge d’erreur maximale est de 3,7 %, 19 fois sur 20. Le sondage a été dévoilé lors du colloque sur l’Entreprise de demain, organisé dans le cadre des célébrations du 100e anniversaire de la FCCQ.

À propos de la Banque Nationale du Canada
La Banque Nationale du Canada, qui célèbre ses 150 ans en 2009, est un groupe intégré qui fournit des services financiers complets à sa clientèle de particuliers, de PME et de grandes entreprises dans son marché principal, ainsi que des services spécialisés à ses autres clients dans le monde. La Banque Nationale offre toute la gamme des services bancaires, y compris ceux destinés aux grandes sociétés, et tous les services d'une banque d'investissement. Elle est active sur les marchés internationaux de capitaux et, par l'entremise de ses filiales, en courtage des valeurs mobilières, en assurance, en gestion de patrimoine ainsi qu'en gestion de fonds communs de placement et de régime de retraite. La Banque Nationale est une entreprise dont l'actif s’élève à près de 135 milliards de dollars et qui, avec ses filiales, emploie 17 772 personnes. Ses titres sont cotés à la Bourse de Toronto (NA: TSX).

Version PDF

Faits saillants (PDF)

Présentation de M.Jean-Marc Léger (PPT)


  SUIVEZ-NOUS!